NOS CONSEILS POUR RÉUSSIR SA RECHERCHE D’EMPLOI

Ca y est ! Peu à peu, vous vous rapprocher de votre sésame : le poste de vos rêves ! Et bien que le rendez-vous soit fixé, restez humble car rien n’est joué.

« RÉUSSIR SON ENTRETIEN DE RECRUTEMENT »

Chaque recruteur aura sa manière de mener un entretien de recrutement, qu’il soit chronologique ou thématique, qu’il vous laisse librement le choix de présenter votre parcours ou s’il décide de vous imposer une structure, il est important que vous soyez préparé à toutes ces éventualités. Partons d’un premier principe : qui peut le plus, peut le moins ! Dès lors, entrainez-vous à présenter votre parcours dans le détail en suivant quelques règles.

ANTICIPER UNE MONTÉE DE STRESS

Ce premier point est particulièrement intéressant, d’autant plus qu’il concerne le plus grand nombre d’entre nous. Pourtant, avant un entretien, même les plus zen d’entre vous peuvent être déstabilisés. C’est vrai, face au stress, nous ne sommes pas tous égaux. Avant un entretien, un maitre mot : L’ANTICIPATION.

► LES INFORMATIONS CONCERNANT L’ENTREPRISE

Ce point essentiel, tant les recruteurs apprécient lorsque les candidats ont pris le soin de se renseigner sur la structure qui les reçoit. Cette règle d’or vaut pour autant pour une entreprise que pour un entretien au sein d’un cabinet ou une agence de travail temporaire. Il ne s’agit pas ici de dépouiller le chiffre d’affaire des 10 dernières années (ce qui pourrait paraitre étrange) mais de connaitre le positionnement de l’entreprise, sa spécialisation, sa composition, son évolution ou ses valeurs. Notez par ailleurs que ces informations pourront vous aider lors de votre entretien. Tous les recruteurs ne posent pas la question, mais saisissez quand même l’occasion de montrer que vous avez pris quelques renseignements, il faut savoir forcer le destin parfois.

► LE TRAJET

Ça parait si simple qu’on serait tenté de ne pas en parler. Que nenni ! Préparer son trajet c’est avant tout s’épargner le stress du retard bien sûr, mais c’est aussi une marque de respect pour le travail du recruteur. N’oubliez pas que l’emploi du temps d’un recruteur est souvent chargé, il prend ses rendez-vous les uns à la suite des autres toute la journée et il lui est souvent impossible de donner la possibilité à un candidat arrivé en retard, de le « recaser ». Outre le fait que vous puissiez passer à côté d’une opportunité, ce sera pour vous une source de stress s’il décide de vous recevoir. Alors faites en sorte de poser les bonnes bases d’un rendez-vous réussi en arrivant à l’heure.

► PRÉSENTER LES EXPÉRIENCES DE VOTRE PARCOURS

Après avoir décrit vos études et les réalisations de vos stages (pour les profils peu à moyennement expérimentés –un responsable communication ne s’attardera pas sur ses périodes de stages-), il est temps de décrire votre parcours.

– LES DATES ET MOTIFS D’EMBAUCHE :

C’est le moment de suivre la chronologie de votre parcours, en reprécisant les dates d’entrées et de sorties et surtout, le motif / contexte d’embauche. En effet, il est important de préciser les raisons de chaque intégration : s’agit-il d’un remplacement, d’un surcroit d’activité ou d’une création de poste ? Ces éléments sont très importants car d’une part, il montre à votre interlocuteur que vous avez souvenir du contexte mais il peut également mettre en avant certains points essentiels qui peuvent être des qualités. Une personne qui travaille régulièrement en interne pour effectuer des remplacements u pied levé, paraitra comme disponible avec de fortes facultés d’adaptions. Mieux encore, une création de poste dénote un fort sens de l’initiative et des responsabilités car il y a fort à parier que tout ou presque était à mettre en place. Une fin de contrat suite au retour d’une personne en congé maternité est claire et limpide et ne soulèvera aucune question supplémentaire la part du recruteur.

– L’ENTREPRISE :

Vous serez souvent (et c’est bien normal) face à des recruteurs pour qui le nom de vos employeurs n’évoque rien. Prenez les devant et décrivez, très brièvement, le secteur d’activité et la taille de l’entreprise, afin que celui-ci puisse bien comprendre par la suite le descriptif de vos tâches. Si votre parcours comprend un grand nombre d’entreprises, ne décrivez pas toutes les entreprises bien évidement, mais faites des choix judicieux : les expériences les plus significatives pour vous ou mieux encore, une société dont le secteur d’activité est proche de celui pour lequel vous postulez.

– L’ENVIRONNEMENT DE TRAVAIL :

Nous appliquons ici la méthode de l’entonnoir : partir du général pour arriver au plus précis. En effet, après avoir parlé des motifs d’embauche et de l’entreprise pour laquelle vous avez travaillé, il est temps de décrire l’environnement dans lequel vous avez évolué. Il sera question ici de parler de votre service ou de votre département, avec qui vous travaillez et le rôle de chacun.

– VOS RÉALISATIONS (avec des exemples) :

La description de vos réalisations est la partie la plus importante, la plus concrète. C’est celle que retiendra votre interlocuteur, et le moment pour vous de vous démarquer. L’astuce consiste à garder en tête la fiche de poste (tant et si bien que vous l’ayez) dans le but de coller au mieux à la recherche du client final. L’objectif ici, n’est absolument pas de mentir, mais de mettre en avant tout ce qui semble important pour le poste à pourvoir. Reprenez dans votre parcours tout ce qui recoupe avec les missions de votre fiche de poste. Une règle d’or est à respecter si vous souhaitez véritablement taper dans l’œil du recruteur : donnez des exemples ! Écarter tous les doutes du recruteur et pour chaque mission évoquée, donnez-lui des exemples concrets d’application.

Exemple :

La tâche : « lors de cette expérience, j’ai eu beaucoup de réclamations et de litiges à traiter »
Puis de continuer en précisant : «comme des retards de livraison, ou des problèmes de facturation »

– TIRER DES BILANS

Pour certains de vos postes, les plus significatifs pour vous ou ceux qui se rapprochent le plus du poste à pourvoir, il sera judicieux de tirer un bilan. Ceci aura deux avantages. Le premier, c’est bien sûr de montrer toutes les choses positives que vous en aurez retiré, mais surtout, les moyens pour vous de placer certains de vos qualités, essentiels pour le poste à pourvoir !

Prenez l’exemple de la gestion du stress (qui vaut pour tous les postes), un recruteur sera en droit de vous demander à la fin de l’entretien, puisqu’il juge cette qualité essentiel rapport au poste à pourvoir, si vous savez maitriser votre stress. Il y a fort à parier que peu de candidats répondent par la négative, et la personne en face de vous n’est pas tenue de vous croire. Mais si vous le glissez habilement lors de la description de votre parcours, avec en plus un exemple à la clé, vous marquerez un point, et pas des moindre :

Exemple :

« Lors de cette expérience, on peut dire que j’ai appris à gérer mon stress. En effet, je me souviens de la période de juillet ou il y eu une multitude d’absences et une forte montée de l’activité. J’ai donc dû, pendant plus d’un mois, gérer seule tous les appels des clients en apprenant à prioriser mes tâches et en gérant mon stress le mieux possible pour que l’activité puisse continuer dans de bonnes conditions »

– LES RÉFÉRENCES

Avant la fin de la rencontre, et si vous le souhaitez, laisser vos références. Cette
transparence est très appréciée des recruteurs, cela aura pour effet de les rassurer.

– AUTRES POINTS :

● Prenez des notes lorsque le poste vous sera décrit.
● Posez quelques questions montrent un intérêt pour le poste proposé, pourvu qu’elles soient pertinentes.
● S’il s’agit d’un poste avec l’utilisation d’une autre langue que le français, préparez un bref entretien de présentation.
● Préparer à l’avance tous vos documents (idéalement des photocopies), comme votre pièce d’identité, votre carte vitale, un RIB, une attestation de domicile de moins de trois mois, une attestation de travail (si vous en avez) et si on vous l’a demandé, vos permis et casier judiciaire numéro 3.

GÉRER LA PHASE QUI SUIT L’ENTRETIEN

►LE COURRIEL DE REMERCIEMENT

Tout compte ! Rappelez-vous, si vous êtes en short-list, les recruteurs vont s’attacher à de petits éléments pour prendre leur décision et le courriel de remerciement peut en être un, ce serait dommage de le négliger.

Après avoir passé un entretien qui a confirmé votre intérêt pour le poste, vous avez tout intérêt à le faire savoir au plus vite. Et comme tout laisse à penser que votre interlocuteur vous ait laissé sa carte de visite (si ce n’est pas le cas demandez-lui avant de quitter ses bureaux), saisissez donc cette occasion pour lui envoyer un courriel.

Le contenu doit reprendre les éléments clé de l’entretien, montrez au recruteur que vous avez compris les tenants et les aboutissant du poste, des qualités qu’il requiert par exemple. Appuyer de nouveau votre motivation sans trop forcer le trait, restez factuel et plutôt bref. Cette démarche, si elle est bien réfléchie, aura des chances d’être appréciée.

►GÉRER PLUSIEURS ENTRETIENS POUR UN POSTE

Il arrive souvent que plusieurs entretiens soient prévus pour un poste, le meilleur conseil que nous pourrions vous donner, c’est d’aborder chacun de ces entretiens comme s’il s’agissait du premier. En effet, il n’est pas rare de chuter par excès de confiance sur la dernière marche du podium. S’agissant probablement de nouveaux interlocuteurs, ne faites pas l’économie de présenter à nouveau votre parcours dans le détail. Puisque cela a été concluant la première fois, il n’y a aucune raison pour que ça ne fonctionne pas cette fois-ci !